Les collections

Le portrait à la Renaissance

Le portrait à la Renaissance
17 NOVEMBRE - 21 NOVEMBRE 2014 "Le Portrait à la Renaissance" micro-exposition présentée au Grand Port Maritime de Rouen (HAROPA)

Ces œuvres représentent des personnages célèbres comme Christophe Colomb ou Henri IV. Elles évoquent différents types de portraits (portrait officiel, portrait souvenir, portrait idéal...) et leurs usages. Elles illustrent aussi la diversité des techniques et des matériaux utilisés : peinture sur porphyre, sur vélin, sur argent, en cire polychrome, émail peint, marbre sculpté ou fer embossé, faïences...

Ces différents supports ont assuré au portrait peint une large diffusion en Europe et dans tous les milieux.

Affichage

Benvenuto Cellini

huile sur porphyre, attribué à Francesco Salviati. Ecl. 12877

Ce médaillon est attribué à Francesco Salviati, peintre florentin et portraitiste renommé. Il a été peint à l’huile sur du porphyre, une roche de la famille du granite. C'est Benvenuto Cellini, sculpteur et orfèvre né à Florence en 1500, qui est représenté. Légèrement de trois quarts, il regarde le spectateur. Le fond sombre et l'habit noir mettent en valeur son noble visage ornée d’une barbe soignée et encadré par un col blanc. Le revers du médaillon comporte une inscription qui permet de l'identifier.

La technique de la peinture sur porphyre est une spécialité de la ville de Florence dès le milieu du XVIe siècle. Une rivalité oppose alors les peintres et les sculpteurs qui proclament que seules les œuvres en pierre sont capables de défier le temps. La peinture sur porphyre est la réponse des peintres. L’artiste Francesco Salvati innove en utilisant cette technique pour un portrait, alors qu'on le fait généralement pour les scènes historiques et les paysages. La pierre, très dure, offre une surface lisse adaptée au travail délicat de la représentation de la chair.

Dans l'Antiquité, le porphyre, qui provient de carrières en Egypte, est couramment utilisé pour les tombeaux. A la Renaissance, il est devenu un matériau encore plus rare et coûteux et on le récupère sur les monuments. La forme circulaire de l’œuvre évoque également l'Antiquité et rappelle les portraits en médaillon que l'on rencontre particulièrement dans l'art funéraire de cette époque.

Benvenuto Cellini

Voir le détail

Frédéric II de Gonzague, Duc de Mantoue

Voir le détail

Eleonore d'Autriche, reine de France

Voir le détail

Portrait de couple

Voir le détail

Angela Bella (portrait idéal)

Voir le détail

Autres collections

Esaü vend son droit d’aînesse à Jacob pour un plat de lentilles, France, 1er tiers du XVIIe siècle

Acquisitions 2016

Jupiter de Pierre Courteys

Parcours Rosso