Logo Ensemble Tarentule

Josquin des Prez : Messe et Motets / Roland de Lassus : Motets

Josquin des Prez (ou des Prés) né Lebloitte (1450-1521), est le plus grand et le plus renommé des compositeurs de la première Renaissance (1450-1530). On sait très peu de chose sur sa vie, paradoxe d’autant plus flagrant que celles des compositeurs de moindre envergure de la même époque sont beaucoup mieux renseignées. Ce qu’on sait de manière certaine, c’est qu’il a commencé sa carrière de chanteur et compositeur en France, qu’il a travaillé en Italie, de nouveau en France et qu’il a passé ses vingt dernières à Condé sur L’Escaut. Cette traversée permanente du continent par le compositeur explique sans doute en partie le développement d’un langage faisant la synthèse des différentes influences stylistiques et grâce auxquelles il va séduire l’Europe entière.

Josquin est particulièrement remarquable car il est sans doute le compositeur qui va le plus œuvrer à transformer la polyphonie de la fin du Moyen-Âge, pour en faire le mode de composition musicale dominant et ainsi faire entrer la musique dans une nouvelle ère, celle de la Renaissance.  C’est en synthétisant les divers courants polyphoniques et les innovations stylistiques de toute l’Europe, dans la continuité du style ancien et en particulier celui de Guillaume Dufay, que Josquin et la polyphonie vocale qu’il porte vont incarner la Renaissance elle-même.

Le présent programme a pour ambition de montrer, à travers quelques œuvres emblématiques du compositeur, les multiples facettes et les subtilités de son Art musical.

Nous avons choisi, pour ce programme, plusieurs œuvres tardives, composées à partir du XVIème siècle et représentatives de l’Art du compositeur durant son établissement à Condé sur l’Escaut durant vingt ans, et ce jusqu’à la fin de sa vie.

Si Josquin est immensément connu, c’est avant tout à travers un objet spécifique, la Messe. Ouvrage prépondérant et incontournable pour un compositeur au XVème siècle, Josquin va particulièrement s’illustrer dans ce genre liturgique en multipliant les approches : Messes en cantus firmus ou en paraphrase, parodiques, en canon…

En ce sens, La Missa de Beata Virgine de 1510 est remarquable à plus d’un titre. C’est un des rares ouvrages à 5 voix du compositeur. Elle est sans doute le fruit d’un assemblage d’éléments composés à différentes périodes car le Kyrie et le Gloria sont à 4 voix. Enfin, cette œuvre est d’autant plus importante qu’elle ouvre la voie à un style plus sensuel, inhabituel chez Josquin, et qui va caractériser la musique du XVIème siècle.   

Pour illustrer une autre forme essentielle du développement de la polyphonie à l’époque de la Renaissance, le Motet, nous agrémenterons la Messe de deux grands motets à 5 voix, un Salve Regina (1502) et un De Profundis. Là encore, il s’agit d’œuvres tardives amenant la polyphonie vers une forme plus affectée, qui ouvre la porte à l’expressivité maniériste.

En regard de ces œuvres, il nous est apparu important de montrer l’aboutissement du grand travail de synthèse stylistique entamé par Josquin et qui va culminer au début de la seconde moitié XVIème siècle. C’est Roland de Lassus, un Montois, qui achèvera cette révolution musicale et, de même que son illustre prédécesseur, offrira les outils d’une expressivité nouvelle, le chromatisme, qui aboutira à la naissance de la tonalité et, avec elle, de la musique Baroque au début du XVIIème siècle. Nous avons choisi trois motets, dont deux en miroir des motets de Josquin : Un Salve Regina, et deux psaumes de David : Domine ne in furore et le sublime De Profundis, l’une des dernières œuvres de Lassus avec les Larmes de Saint-Pierre…

Le présent programme est composé autour de deux aspects transversaux et complémentaires de la liturgie Catholique de cette époque, l’un lumineux et porteur d’espoir, l’autre plus âpre et pénitentiel.

L’évocation de la vierge à travers la messe « de Beata Virgine » et le motet « Salve Regina », car le culte marial va prendre une place de plus en plus importante dans la dialectique de l’église au XVème et plus encore au XVIème siècle, en réaction à la réforme et qui va culminer par l’affirmation de sa centralité dans le dogme Catholique au concile de Trente (1545-1563), résolvant ainsi près de 500 ans de disputes théologiques.

En contrepoint, les Motets issus des Psaumes de David, reliant l’ancien testament avec le nouveau, nous permettent d’aborder des rivages plus sombres et plus durs. Les psaumes sont intégrés à la Messe, en réponse à la lecture. Ici, le « Domine ne in furore » et le « De Profundis », qui accompagnent les défunts dans leur dernière demeure…

 

Programme : 5 voix

Josquin des Prez :

·       Missa de Beata Virgine

·       Salve Regina

·       De Profundis

Roland de Lassus :

·       Salve Regina

·       Domine ne in furore

·       De Profundis

LE BLASON DES TEMPS NOUVEAUX
Du 19 octobre 2022 au 6 février 2023
Cour intérieure du château d'Ecouen
Nouvelle publication

Écouen
Le château des demoiselles de la Légion d'honneur