Panneau à décor de rinceaux

Panneau à décor de rinceaux

Panneau à décor de rinceaux

Arts du textile
Partager
Matière et technique: 
Broderie de fils de soie et de filés métalliques sur taffetas de soie
Origine et date: 
vers 1560
Artiste(s): 

Dimensions :

28.2 cm
91 cm

Ce panneau provenant peut-être d’une parure de lit est orné de rinceaux à l’italienne répartis de part et d’autre d’un médaillon ovale. On y distingue des dragons suivis de monstres marins dont les extrémités du corps se terminent en feuillage, de deux putti ailés et de deux putti dont les jambes se transforment en végétation. Ce type d’ornement issu des compositions de Raphaël et de Giovanni da Udine connut un grand succès à travers l’Europe du XVIe siècle. La scène centrale a été interprétée comme le Parnasse : Apollon dans le ciel jouerait de la lyra da braccio (en remplacement de la lyre antique) et les Muses danseraient autour de lui. Or seuls sept personnages sont représentés ; ils semblent former des couples au sein desquels on distingue nettement un homme et une femme. L’hypothèse des neuf muses est donc à écarter et l’interprétation iconographique demeure à préciser. Cette scène de danseurs est inscrite dans un médaillon ovale rappelant ceux des gravures de Cornelis Cort, Paul Flindt ou Jacques Androuet Du Cerceau. La composition de cette œuvre permet de la rattacher à un groupe de panneaux brodées où un médaillon central est entouré de rinceaux ou de grotesques dont les modèles circulent à travers l’Europe entière. Citons notamment les lambrequins d’un ciel de lit conservés au Metropolitan Museum of Art de New York, les fragments de tenture aux grotesques conservés au musée des Arts décoratifs de Paris ou encore le panneau brodé orné de l’histoire de Jacob et ses filles de la collection Michael J. Hall.

Les fils de soie sont brodés sur le support de taffetas vert au passé plat et au passé empiétant tandis que les filés métalliques sont appliqués en couchure. La qualité d’exécution et la nature des matériaux employés permet de penser que cette œuvre est issue d’un atelier de brodeurs professionnels sans doute français.