Restauration de deux coffres Renaissance

Depuis 2016, le musée national de la Renaissance a rejoint le programme d'étude, d'analyse et de restauration consacré au mobilier de la fin du XVe siècle au milieu du XVIIe siècle engagé en 2011 par le Centre de Recherche et de Restauration des musées de France (C2RMF) et le musée du Louvre. Ce projet a pour but de vérifier l'authenticité de certains meubles ou parties de meubles mais surtout d'établir un bilan sanitaire de la collection et de restaurer les œuvres le nécessitant.

L’étude des meubles de la Renaissance, longtemps fondée sur de seuls critères stylistiques, se heurte à une question de critique d’authenticité.
Très apprécié et collectionné au XIXe siècle, le mobilier de la Renaissance a en effet été parfois remanié et copié. Le travail en équipe associant scientifiques, restaurateurs et historiens de l’art ouvre la voie à une meilleure connaissance de ces pièces, en termes de datation, d’assemblage ou de mise en œuvre du décor sculpté, peint ou doré.

Entre novembre 2016 et juillet 2017, deux meubles des collections du musée national de la Renaissance ont bénéficié de ce programme de recherche et de restauration :

  • Le coffre E.Cl. 20402 a bénéficié d'analyses (radiographie, photographies sous UV, stratigraphie) et d’une restauration au C2RMF, à Paris qui ont permis de préciser qu’il a été réalisé à Rome, de confirmer sa datation et surtout de lui rendre tout l’éclat de sa dorure encore majoritairement originale.

Avant restauration :

Détail de la dorure en cours de nettoyage :

  • Le coffre bombé (E.Cl. 20411) orné en façade de reliefs sculptés représentant d'une part, l'Amour, d'autre part l'Hymen et de têtes d'angelots sur le couvercle a également été étudié et restauré au C2RMF. Il a retrouvé sa lisibilité grâce à l'allègement des couches de cire. Les différentes techniques qui le composent sont à nouveau perceptibles : sculpture en relief, intarsia (incrustation) de bois fruitiers et polychromie (des traces de peinture verte ont été repérées sur les grands feuillages latéraux).

Les analyses de datation au Carbone 14 ont confirmé une datation entre le XVe et le XVIIe siècle des éléments composant ce coffre mais sa structure révèle une construction plus récente comme cela était souvent d'usage au XIXe siècle.

Avant restauration :

Détail des traces de polychromie verte :

Détail de l’intarsia en cours de restauration :


 

 

Le coffre représentant Judith et Holopherne (E.Cl. 20405) et le coffre orné de Loth et ses filles (E.Cl. 20406) sont actuellement en cours d'analyses et de restauration au C2RMF, à Paris


 

Plus d'informations en cliquant ici