La Bataille de Gelboë

La Bataille de Gelboë

La Bataille de Gelboë

Acquisitions 2015
Partager
Matière et technique: 
Cuir doré, ciselé et peint
Origine et date: 
Pays-Bas du Sud, milieu du XVIIe siècle
Artiste(s): 

Dimensions :

2,25 m
3.26 m

Les pièces de cuirs conservées au musée national de la Renaissance ont été pour la plupart réalisées entre la fin du XVIe siècle et le XVIIIe siècle. Les centres de production concernés sont l'Espagne, les Flandres (Malines notamment) et la France. Le musée expose deux rares tentures en cuir peint et doré : l'une, l'Histoire de Scipion, créée à Bruxelles ou Malines, d'après des gravures d'Antonio Tempesta durant le 1er quart du XVIIe siècle (E.Cl. 18437 a à d) et l'autre, la Tenture des Héros Romains réalisée à Anvers, d'après des gravures d'Henrick Goltzius, vers 1590-1600, (E.Cl. 1533 a à g).

 

Cet élément de tenture de cuir est constitué de huit carreaux. Les quatre supérieurs mesurent environ 120 x 80 cm et les quatre inféreiurs 105 x 80 cm. Il existait une bordure qui a aujourd'hui disparu.

 

La scène représentée peut être identifiée comme la Bataille de Gelboé au cours de laquelle les Juifs furent battus par les Philistins. Le roi Saül blessé, ne pouvant supporter la défaite et la mort de trois de ses fils, se suicide avec son épée (comme on peut le voir sur la droite du panneau). Cet épisode est relaté dans la Bible (1 Samuel 31 1-13).

Provenant d'un château situé en Bourgogne, cette oeuvre est rarissime ; en effet les tentures flamandes en cuir peint et doré des XVIe et XVIIe siècles ont presque toutes disparu hormis les deux du musée national de la Renaissance, celle (comportant plusieurs pièces) du château de Dunster en Angleterre (Histoire d'Antoine et Cléopâtre), celle (comportant plusieurs pièces) du château de Drottningholm en Suède (Siège de Vienne par les Turcs en 1683) et celle (comportant plusieurs pièces) d'un château privé en Suède (Histoire de Scipion). Il faut également en rapprocher la tenture de David Victorieux de la famille Rothschild (naguère à l'hôtel Lambert) et la curieuse tenture de l'Histoire de la reine Disa du Palais royal de Stockholm. Toutes les autres tentures historiées de ce type semblent avoir disparu, or elles étaient assez nombreuses.

 

De plus cette représentation présente une parenté avec les trois pièces en cuir du château de Lunéville, détruites dans l'incendie du 3 janvier 2003, (David victorieux, Salomon et la reine de Saba, David jouant de la harpe devant Saül) ainsi qu'avec un petit panneau (secondairement découpé d'une tenture perdue) qui est conservé au musée de Blois. Pour toutes ces oeuvres la facture est comparable et certains détails permettent de dire qu'elles proviennent du même atelier situé dans les Pays-Bas.

On ne possède malheureusement aucune autre information documentée sur les trois pièces du musée de Lunéville, ce qui ne permet donc pas de savoir pour quel édifice ou quel commanditaire La Bataille de Gelboé et les autres pièces de la tenture ont été réalisées.

Cette nouvelle acquisition permet néanmoins de montrer la place prépondérante des cuirs peints et dorés dans le décor intérieur aux XVIe et XVIIe siècle ainsi que du dynamisme des ateliers néerlandais dans ce domaine.