Le tribut de César

Le tribut de César

Le tribut de César

Origine et date: 
France, vers 1550
Artiste(s): 

Le Tribut de César est la seule scène tirée du Nouveau Testament ornant les cheminées du château d'Écouen. Il s'agit de l'épisode au cours duquel le Christ préconise de « rendre à Dieu ce qui est à Dieu et à César ce qui est à César » (cet épisode est raconté par trois évangélistes : Luc, 20, 20-26 ; Marc, 12, 13-17 ; Matthieu, 22, 15-22). Dans un médaillon ovale, la scène montre au premier plan le Christ nimbé et vêtu de pourpre, entouré d'un groupe de Pharisiens dans une clairière, proche de frondaisons. À l'arrière-plan, une étendue d'eau baigne une ville médiévale, adossée à un mystérieux horizon de montagnes bleutées. Le sujet semble prétexte à la représentation d'un paysage rappelant la peinture du nord ou encore celle de Niccolo dell'Abate qui œuvra au château de Fontainebleau. L'irrésistible déroulement du temps est évoqué à travers une représentation fantastique des feuillages. L'arbre de gauche vit en hiver, tandis que son voisin du centre s'épanouit au printemps et que le dernier, à droite, connaît l'été. Une place primordiale revient incontestablement aux ornements qui se détachent sur un fond en trompe l'œil imitant les mosaïques d'or. Au milieu d'une profusion de fruits, de fleurs, de cuirs découpés entrelacés, de putti, de palmes et de couronnes, triomphe un faune soufflant dans une double trompe. Ce répertoire décoratif traité en grisaille évoque celui de la galerie François Ier à Fontainebleau et de Rosso Fiorentino.