Jupiter

Jupiter

Jupiter

Parcours Rosso
Partager
Origine et date: 
Limoges, 1559
Artiste(s): 

On sait peu de choses de Pierre Courteys (mort en 1581) dont les premières œuvres sont datées de 1544. Il fut peut-être formé dans l'atelier de Pierre Reymond, autre émailleur de Limoges. Il a su donner à ce Jupiter monumental, inspiré d'un dessin de Rosso Fiorentino gravé par Jacopo Caraglio, une vigueur qui lui appartient en propre : la figure, assez massive, aux muscles saillants, aux avant-bras nus prêts à livrer bataille, séduit par sa force et son dynamisme. Son costume est celui d'un homme de guerre mais n'abandonne pas pour autant toute prétention à l'élégance : si elle est doublée d'un tablier de cuir, la tunique est néanmoins brodée de mauresques d'or. Cette plaque ovale monumentale, dont les dimensions montrent assez le degré de perfection auquel est parvenu l'art de l'émail, fait partie d'un ensemble de neuf, représentant six dieux olympiens (Jupiter, Saturne, Apollon, Mercure, Mars, Hercule) et trois vertus (la Justice, la Charité, la Prudence). Ces neuf plaques ne forment sans doute pas la série complète qu'il est tentant d'interpréter comme une commande royale dont la mort accidentelle d'Henri II en juillet 1559, aurait interrompu la réalisation. D'un grand raffinement technique, combinant les effets de relief et de la couleur, ces plaques étaient faites pour être accrochées à une certaine hauteur, probablement dans une grande salle palatiale, peut-être insérées dans un lambris. Un peu plus tôt, Pierre Courteys avait exécuté pour Anne de Montmonrency une grande plaque émaillée, également en bosse, représentant la Mort de Laocoon : elle est maintenant conservée au musée des Beaux-Arts de Limoges.