La Cène

  
  
 

Déposé par le musée du Louvre, ce tableau est l'une des toutes premières copies de la fameuse Cène de Léonard de Vinci, commandée à Milan dès 1506 à Marco d'Oggiono, l'un de ses meilleurs élèves, quelques années après l'achèvement de l'original par le maître au couvent de Sainte-Marie-des-Grâces à Milan (1498).

Cette copie est un des premiers témoignages de l’engouement des Français pour ce chef-d'œuvre de l’art de la Renaissance italienne. Commanditée par Gabriel Gouffier (doyen du chapitre de la cathédrale de Sens) dont elle porte les armoiries, elle est sans doute offerte au Cardinal d'Amboise pour son château de Gaillon. En 1555, Anne de Montmorency l'acquiert pour sa chapelle du château d'Écouen où elle reste accrochée jusqu'en 1793. Envoyée au Muséum Central des Arts, elle est exposée au Louvre au XIXe siècle avant d'être remisée dans les réserves du musée Louvre qu'elle quitte en 1980 pour retrouver son emplacement d'origine après l'ouverture du musée national de la Renaissance.

Tandis que la peinture murale s’est dégradée de manière prématurée, Marco d’Oggiono a reproduit fidèlement toutes les caractéristiques de l'œuvre et de l’art de Léonard : une composition étudiée ; l’expression forte des visages et des physionomies, le mouvement des corps par les positions très variées des apôtres, les couleurs chatoyantes et enfin la multitude de détails apportés par l’artiste sur la table de banquet aujourd'hui presque intégralement disparu de l'originale sont autant de caractéristiques remarquables de cette œuvre d'exception.


Pour des questions essentiellement esthétiques, une intervention visant à mettre en valeur la grande qualité picturale et artistique de cette copie était désormais nécessaire. L'équipe de restaurateurs a procédé à l’enlèvement du vernis et des repeints appliqués lors de précédentes restaurations ainsi que la réintégration selon les préconisations du comité scientifique composé de conservateurs du musée national de la Renaissance, du département des peintures du musée du Louvre et du Centre de recherche et de restauration des musées de France (C2RMF).

Cette copie offre une vision exceptionnelle du projet et de l'art du maître tout en dévoilant le talent de copiste de Marco d'Oggiono. Léonard de Vinci, qui se trouve alors à Milan, a t-il participé à la réalisation de l’œuvre ? L'étude et l'analyse spécifique menées en parallèle de cette restauration permettront peut-être de répondre à cette interrogation